frnlen
+33 (0)3.20.53.74.55 contact@verbrugge.fr 2 Rue de la prévoyance - 59000 LILLE

Qualité

Certification ISO 9001 - 2015

Afin d’assurer la meilleure qualité pour ses clients, Verbrugge récemment renouvelé avec succès son système ISO sur son département « Nickelage chimique ».

Validé en avril 2019 par la société DNVGL,  l’ISO9001 définit les exigences en matière de système de management de la qualité pour la production industrielle.

Vous avez ainsi l’assurance d’une traçabilité intégrale et d’une parfaite répétabilité de vos commandes.

Les départements « chromage dur », « rectification » et « polissage », bien que non certifiés, travaillent suivant le même système qualité.

Nous sommes en mesure de nous adapter aux cahiers des charges les plus exigeants. De nombreux audits, réalisés par de prestigieux clients, sont venus régulièrement confirmer l’excellence de notre système qualité.

Les contrôles qualité

  • Contrôle d’épaisseur par fluorescence X
  • Coupe micrographique
  • Contrôle dimensionnel
  • Contrôles de duretés par micro-duromètre Vickers Leitz
  • Contrôle de l’adhérence
  • Contrôle du magnétisme
  • Test de mouillabilité

Contrôle d’épaisseur par fluorescence X

Lorsqu’une matière est soumise à la fluorescence, elle émet de l’énergie sous la forme de rayons X : c’est la fluorescence X ou l’émission secondaire de rayons X.

Le spectre des rayons émis par la matière est caractéristique de la composition de l’échantillon. Il nous permet d’en déduire sa composition élémentaire, c’est-à-dire les concentrations massiques en éléments pour en déterminer l’épaisseur au micron près.

Notre savoir nous permet de d’effectuer des contrôles d’épaisseur par fluo X sur le nickel.

Caractéristiques :

-Contrôle d’épaisseur des revêtements de 2μm à 30μm.

Contrôle d’épaisseur par fluorescence.
Contrôle d’épaisseur par fluorescence.

Coupe micrographique

Le contrôle par coupe micrographique est effectué à l’aide d’éprouvettes. Placées dans le bain, elles suivent les pièces dans leurs différents traitements et reçoivent ainsi le même revêtement. Plusieurs prélèvements sont établis pendant le traitement nous permettant de mesurer le taux de déposition et d’anticiper le temps exact nécessaire au traitement des pièces.
Il s’agit d’un moyen de contrôle destructif réalisé sur un échantillon, à l’aide d’un microscope optique et électronique avec un grossissement approprié. Le revêtement est mis en évidence par une coupe transversale de la pièce.

Chez Verbrugge nous sommes aptes à réaliser des contrôles par coupe micrographique sur le nickel et le chrome.

Ce type de contrôle est particulièrement riche en informations.
Il permet la mesure de l’épaisseur d’une ou plusieurs couches (elles peuvent varier d’un à plusieurs dizaines de micromètres) pour obtenir les renseignements nécessaires sur :
 – Leur homogénéité, leur état microstructural, la présence de fissures, la porosité et la discontinuité.
 – Le profil de rugosité de la pièce.
 – La qualité de recouvrement, en particulier au niveau des arêtes et angles vifs.
 – Le ou les modes de défaillance (visualisation du faciès de dégradation, estimation de la profondeur d’attaque).
 – La santé métallurgique du matériau de base.

Caractéristiques :
 – Contrôle d’épaisseur des revêtements de 2μm à 500μm.

 

Contrôle dimensionnel

Chez Verbrugge, nous sommes avant tout des « mécaniciens ». Ainsi, nous sommes experts en contrôles dimensionnels de vos pièces avant et après traitements. Nos contrôleurs maîtrisent de nombreux outils différents afin d’assurer le respect des tolérances, qu’elles soient dimensionnelles, de formes ou de positions.

Ces opérations de contrôles dimensionnels sont bien souvent les plus représentatives de la justesse de nos traitements.

Contrôles de duretés par micro-duromètre Vickers Leitz

La dureté est la mesure de résistance d’un matériau à la pénétration d’une force constante et régulière. Généralement identifiée avec une machine de dureté pénétrante, elle permet de mesurer suite au relâchement d’une charge la taille des diagonales de l’empreinte afin de déterminer la dureté.
Le plus dur des matériaux est le diamant, si dur qu’on l’utilise principalement comme matériau de pénétration (Pour la dureté Vickers en Hv).
Il y a des relations plus ou moins directes entre dureté, résistance mécanique et ténacité. En général, plus un matériau est dur, plus sa résistance mécanique est élevée mais plus il est fragile.
Un exemple typique est celui de la fonte qui diffère de l’acier par une teneur en carbone critique qui provoque des précipitations de carbures rendant le matériau très résistant mais très fragile.
En conclusion, le terme utilisé de « solidité » d’une pièce ne peut se relier à sa seule dureté. La solidité est définie par rapport à l’usage que l’on en fait. Le choix d’un matériau « solide » est donc toujours un compromis entre dureté, résistance mécanique, ténacité, auxquels il faut ajouter, la résistance à la corrosion, à la fatigue ou au fluage selon l’usage envisagé.

Test de dureté chez Verbrugge en vidéo (cliquez-ici) !

Contrôle de l’adhérence par pliage à 180°

L’adhérence est un paramètre critique pour de nombreuses applications. Ce critère à une incidence majeure sur le comportement mécanique et tribologique du revêtement, mais également à la tenue pérenne à la corrosion.

Selon le type de revêtement et son utilisation, les essais d’adhérence seront plus ou moins sévères. D’une manière générale, la notion d’adhérence d’un revêtement n’est pas une propriété intrinsèque. Les moyens de contrôles restent essentiellement qualitatifs et adaptés aux conditions d’utilisation des revêtements et traitements de surface.

Nous sommes aptes à réaliser des contrôles d’adhérence sur le nickel et le chrome.

Contrôle d’adhérence par pliage d’un échantillon à 180°

Contrôle du magnétisme

Le contrôle du magnétisme permet, comme son nom l’indique, de détecter le magnétisme rémanent de vos pièces. Les mesures sont faites avant traitement à l’aide d’un gaussmètre qui est déplacé sur toute la partie à traiter de la pièce.

Les pièces possédant une force magnétique résiduelle, même faible, ne disposeront pas d’un revêtement de surface de qualité optimale. En effet, le dépôt aura tendance à ne pas adhérer correctement et à capter toutes les impuretés des bains.

Test de mouillabilité

Le test de mouillabilité est visuel. Il permet dans notre cas de tester la propreté d’une pièce avant de procéder à son traitement.

Ainsi, à l’arrivée chez nous (ou après dégraissage), nous réalisons un test de mouillabilité par observation du comportement d’une goutte d’un liquide calibré posée à la surface de la pièce : plus celle-ci s’étale, plus la pièce est grasse.

Ce test est réalisé dans l’hypothèse de l’utilisation par nos clients de gras difficiles à éliminer avant notre traitement.